Procès des auteurs de l’attentat de Grand-Bassam : Déjà des débats houleux pour la première journée





proces-des-auteurs-de-lattentat-de-grand-bassam-deja-des-debats-houleux-pour-la-premiere-journee


On peut dire que pour la première journée du procès des présumés auteurs de l’attentat de Grand-Bassam, les choses ont commencé sur des chapeaux de roue. Il n’y a pas eu de ring d’observation. La défense et le procureur sont entrés de plain-pied dans les débats. Premier point d’achoppement, la mise en liberté ou non des accusés.
L’équipe de la défense a supposé que les prévenus devraient bénéficier de la liberté provisoire au regard du code de procédure pénale, nous apprend lemondeactuel.com. « Nous avons deux observations. Nos clients doivent être mis en liberté conformément à l’article 4 du code de procédure pénale qui dispose que les droits des accusés sont garantis tout au long du procès pénal par l’autorité judiciaire. Nos clients sont en détention depuis 2016, date de l’attentat de Grand-Bassam. Sachez qu’en matière de crime, l’article 167 du code de procédure pénale dispose que la détention préventive dure 8 mois. À cela, il y a une première prolongation de 8 autres mois et une deuxième prolongation de 8 autres mois. En tout, la détention préventive ne peut excéder 24 mois. Au-delà, c’est une détention arbitraire », nous apprend cette source.

En réponse, le procureur a expliqué que la lettre de renvoi de cette affaire a été signée le 25 mai 2022. Il considère donc que l’affaire est toujours dans les délais par la loi. L’équipe de défense a rétorqué que même là encore, les prévenus sont en détention depuis plus de 6 mois.

 

Sur le même sujet : Attentat de Grand-Bassam : Le procès s'ouvre avec seulement 4 accusés sur 18 à la barre


Avant de suspendre l’audience, le président s'est entretenu avec les deux parties à huis-clos.
Seuls 4 accusés, en détention préventive à Abidjan, étaient présents sur 18, à l’audience du mercredi 30 novembre 2022. Les autres étant soit en fuite soit en prison dans d’autres pays dont le Mali. Les prévenus présents sont Cissé Hantao Ag Mohamed, Kounta Sidi Mohamed, Cissé Mohamed et Barry Hassan. L’un d’eux, Cissé Mohamed a plaidé non-coupable, arguant que le jour de l’attaque terroriste, il était chez lui. Toutefois, il reconnaît avoir travaillé comme chauffeur pour Kunta Dallah, considéré comme l’un des cerveaux de cette opération djihadiste. Par contre, il soutient qu’il n’était pas au courant des projets de ce dernier.
C’est en mars 2016 que la ville balnéaire de Grand-Bassam, au Sud de la Côte d’Ivoire, a été la cible d’un attentat terroriste qui a fait 19 morts et 33 blessés. Ce jour-là, 3 djihadistes ont été neutralisés par les forces de défense ivoiriennes. L’attaque a été revendiquée par Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI).

 

Modeste KONE

En lecture en ce moment

Foncier rural : les populations rurales exhortées à ne pas vendre leurs terres

En réponse à sa lettre critique contre Guikahué, le groupe parlementaire PDCI-RDA "s’étonne des allégations" du député Kouassi Kouamé Patrice