Sénégal, Niger, Côte d’Ivoire… Qui signera la plus forte croissance en 2024 ?





senegal-niger-cote-divoire-qui-signera-la-plus-forte-croissance-en-2024

Le 5e pont d'Abidjan fait partie des nouvelles infrastructures dont s'est dotée la Côte d'Ivoire



Grâce à leurs ressources minières, aux réformes économiques qu’ils mettent en place et au commerce, ces pays prendront la tête du palmarès de la croissance mondiale, souligne la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

 « Les moteurs de croissance les plus notables en Afrique en 2024 seront le Niger, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la RDC et le Rwanda » : tel est le constat d’Adam Elhiraika, directeur de la division de la macroéconomie et de la gouvernance au sein de la Commission économique pour l’Afrique (CEA). Si, en tant que région, le continent reste derrière l’Asie de l’Est et l’Asie du Sud, ces pays parviennent à tirer leur épingle du jeu, révèle un rapport de cet organisme affilié à l’ONU, dont les grandes lignes ont été dévoilées le 28 mars.

Avec une croissance économique estimée à 11,1 % par le FMI en 2024, le Niger se positionne en tête du quinté de la CEA. La reprise de l’activité économique nigérienne sera portée par la relance du secteur agricole et une hausse de la production de pétrole brut (le pays raffine ses hydrocarbures depuis 2011) . Le gouvernement de transition a signé plusieurs accords pour fournir ses voisins – Burkina Faso, Mali et Tchad – en gasoil, et œuvre pour une plus large commercialisation de son pétrole brut. En novembre 2023, Niamey a inauguré un oléoduc géant, censé acheminer le pétrole vers le Bénin voisin.

Toutefois, la CEA rappelle que « les récents coups d’État militaires, conjugués aux sanctions imposées par les blocs régionaux, ont perturbé l’activité économique et entraîné des coûts sociaux importants ».

Le Niger sera suivi de près par le Sénégal. Le pays doit voir sa croissance, d’environ 8,8 % cette année, tirée par la hausse des investissements dans les projets d’infrastructures publiques et privées.

Malgré des progrès en Côte d’Ivoire, en RDC et au Rwanda, les inégalités persistent

Quatrième du classement, derrière le Rwanda, la Côte d’Ivoire verra sa croissance portée par l’augmentation des investissements résultant des « réformes de marché favorables à la concurrence et de l’amélioration de l’environnement des affaires dans le cadre du Plan national de développement, ainsi que par la consommation privée influencée par la baisse de l’inflation », souligne la CEA. Avec 6,5 % de croissance prévue en 2024, le pays attire plus que jamais les investisseurs, comme en attestent les chiffres du Centre pour la promotion des investissements privés en Côte d’Ivoire. En 2023, les IDE ont battu des records. Ils se chiffraient à plus de 1 000 milliards de F CFA, environ 1,5 milliard d’euros.

Loin des côtes ouest-africaines, le Rwanda se hisse donc à la troisième place de ce podium africain avec une croissance avoisinant les 7,8 % en 2024, contre 6,2 % en 2023. La progression du pays des Milles Collines sera alimentée par la consommation et l’investissement privé. Son voisin, la RDC, continuera de parier sur son secteur extractif, grâce à l’ouverture de nouveaux gisements pétroliers. Les experts de la CEA révèlent aussi que la RDC pourra compter sur son agriculture, les services et les mines, conformément à sa stratégie nationale de stimulation des dépenses sociales et des investissements.

Selon la CEA, les résultats de la Côte d’Ivoire, de la RDC et du Rwanda sont dus à la diversification économique orchestrée par les dirigeants de ces pays. « La forte expansion de [ces pays] est attribuée à une augmentation des investissements dans les infrastructures, au développement continu du tourisme, à la bonne performance de l’industrie minière », indique le rapport.

L’organisme note cependant qu’en dépit d’une croissance économique stable, celle-ci n’a qu’un « faible effet de réduction de la pauvreté », et que les États africains n’arrivent pas à endiguer les inégalités et la montée du chômage. À l’échelle continentale, la croissance moyenne, quant à elle, est de 3,5 % en 2024.

 

 Source : jeune afrique

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Le gouvernement ivoirien rassure les clients de la BHCI

Patrice Beaumelle n'est plus le sélectionneur des Éléphants de Côte d'Ivoire (officiel)