Taxis compteurs, wôrôs-wôrôs, VTC, motos de livraison : la traque des chauffeurs sans cartes professionnelles a démarré





taxis-compteurs-woros-woros-vtc-motos-de-livraison-la-traque-des-chauffeurs-sans-cartes-professionnelles-a-demarre

La carte professionnelle s'impose désormais à tous les conducteurs d'engin de transport et de livraison



Depuis ce matin du mardi 9 avril 2024, les chauffeurs de taxis compteurs, wôrôs-wôrôs, véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) et les conducteurs de motos de livraison, qui n’ont pas leurs cartes professionnelles, sont traqués par les forces de l’ordre. Cela, conformément à la loi 2014-338 du 05 juin 2014 relative à l’artisanat et le règlement n° 01 /2014 /CM /UEMOA portant Code communautaire de l’artisanat de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) qui leur fait obligation de détenir ce document.

Il y a quelques semaines, la Chambre nationale des métiers de Côte d’Ivoire (CNMCI), dans un communiqué adressé aux différentes organisations professionnelles du secteur des transports, avait annoncé les contrôles qui seraient effectués. « La Chambre nationale de métiers de Côte d’Ivoire (CNMCI) informe l’ensemble des chauffeurs des taxis compteurs d’Abidjan et des taxis communaux, les chauffeurs VTC et les conducteurs de motos de livraison, ainsi que les services compétents de la Police nationale qu’en vertu de la loi n° 2014-338 du 05 juin 2014 relative à l’Artisanat et le Règlement n° 01 /2014 /CM /UEMOA portant Code communautaire de l’Artisanat de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), il est fait obligation à tous les conducteurs d’engins de 2 à 4 roues, utilisés à titre onéreux, de s’immatriculer au registre des métiers et de détenir une carte professionnelle d’artisan conducteur valide », pouvait-on lire dans ce document qui précisait également que le non-respect de ces obligations est constitutif d’infraction et peut être sanctionné conformément aux articles 54 et 59 de la Loi n° 2014-338 du 05 juin 2014 relative à l’Artisanat.

Le démarrage effectif des contrôles nous a été confirmé par le service de communication du Syndicat national des chauffeurs VTC de Côte d’Ivoire. Nos interlocuteurs nous précisent toutefois que les choses se font pour l’instant timidement compte tenu de la fête de Ramadan prévue pour le mercredi 10 avril 2024.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Décès d’Hamed Bakayoko : le retour du désordre ?

Royaume du sanwi : le roi apporte son soutien à Amadou Gon