Le Conseil national des exportations présente les résultats d’une étude menée sur la résilience de la filière des fruits tropicaux en Côte d’Ivoire





le-conseil-national-des-exportations-presente-les-resultats-dune-etude-menee-sur-la-resilience-de-la-filiere-des-fruits-tropicaux-en-cote-divoire

Le CNE entend redynamiser la filière des fruits tropicaux en Côte d'Ivoire



Le Conseil national des exportations a organisé, ce mardi 29 mai au Radisson Blu à Abidjan, un atelier de restitution d’une étude menée sur la résilience de la filière des fruits tropicaux en Côte d’Ivoire après le passage de la Covid-19. C’était en présence d’une forte délégation de l’Union Européenne.  

A en croire le secrétaire général du CNE, Serge Bombo, le but visé par la tenue de cet atelier est de partager les résultats de ladite étude avec les principaux acteurs de la chaîne de valeur, les Organisations Intermédiaires (OI) ainsi qu’avec les principaux acteurs d’appui.

« Cet atelier sera également l’occasion pour une réflexion collective sur l’avenir de la chaîne de valeur.   Dans la pratique, il s’agira de :  Présenter la situation actuelle de la chaîne de valeur anacarde et les défis communs des trois (3) fruits sélectionnés par la SNE (banane, Mangue, Ananas)… Présenter les activités ou initiatives afin d’améliorer la compétitivité de la chaîne de valeur à tous les niveaux… et discuter avec les acteurs, relever et examiner les activités et les premières recommandations et ainsi mettre à jour le rapport final qui sera présenté aux différents acteurs par la suite. », a-t-il ajouté.

De son coté, Mats LILIEFLT, représentant de la Délégation de l’Union européenne en Côte d’Ivoire, a expliqué le motif de la forte présence des membres de l’institution européenne à cet atelier

«  Les européens sont de grands consommateurs de fruits tropicaux, nous importants une quantité considérables des fruits tropicaux notamment de la Côte d’Ivoire, surtout des bananes, ensuite les ananas , les mangues, des anacardes…nous sommes très attachés à ces fruits, donc il y a aucun consommateur qui peut s’imaginer une vie sans avoir des bananes dans des supermarché par exemple, nous sommes très attachés à cela, nous savons aussi que certaines de ces filières ont des problèmes , et ont aussi souffert de la pandémie à Covid-19 , donc on a voulu apporté un appui pour que ces filières puissent se redresser pour qu’on puisse les avoir chez nous », a-t-il soutenu.

Pour sa part, DJAMA ASSOUM, qui représentait le Ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane DIARASSOUBA, a félicité et encouragé les différents acteurs de la filière Fruits Tropicaux pour leurs résiliences face à la pandémie de covid 19. « Grace à vous, des produits non visibles dans nos supermarchés il y a quelques années, s’y trouvent désormais, ce qui contribue au développement de l’économie locale, à travers un réseau de plus de 800 fournisseurs de produits du terroir », a-t-elle indiqué.

Gaël Z

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Magic System : « On rêve d’être disque d’or »

Offre de stage: pressecotivoire.ci lance un recrutement de journaliste stagiaire