Fake news: Les auteurs peuvent être poursuivis “à tout moment”, réaffirme le procureur Adou Richard





fake-news-les-auteurs-peuvent-etre-poursuivis-a-tout-moment-reaffirme-le-procureur-adou-richard


La diffusion de fausses nouvelles/informations ou Fake news constitue un délit passible de poursuite pénale, a réaffirmé, mardi 22 juin 2021, à Abidjan, le procureur Adou Richard lors d’un panel sur le thème : “médias et droits de l’homme, comment coopérer face aux fake news ?” initié par le Conseil national des droits de l`Homme (CNDH).

Adou a indiqué que “ceux qui diffusent ces genres d’informations ou qui les reproduisent sont passibles de poursuites judiciaires, et peuvent payer des amendes allant de 500.000 à 20 millions Fcfa”, non sans rappeler le cas récent, courant mai, d’une dame qui a été condamnée à cinq années d’emprisonnement suite à la diffusion d’une vidéo qui a conduit à des affrontements entre des jeunes Ivoiriens et des Nigériens à Abidjan.

Le délai de prescription des délits est de trois ans, a-t-il fait savoir, prévenant qu’”à tout moment les auteurs peuvent être poursuivis”.

Le procureur a révélé s’être auto-saisi au sujet de l’avatar Chris Yapi, visé par des plaintes en Côte d’Ivoire pour fake news. “Il y a beaucoup de plaintes et le procureur s’est auto-saisi, nous le recherchons, (…), mais on espère que d’ici là il n’y aura pas des dégâts irréparables”, a-t-il affirmé.

Le magistrat appelle à une utilisation responsable des médias sociaux, parce que “les fausses publications peuvent entraîner des troubles à l’ordre public et l’opposition des uns contre les autres”.

Avant même le début de la campagne de vaccination anti-Covid, de nombreuses fausses informations ont circulé sur internet et notamment sur les réseaux sociaux. Des fake news destinées à discréditer les vaccins contre le Covid, mais aussi, souvent, à remettre en cause le bien-fondé de la vaccination en général. Elles faisaient état de ce que les vaccins contre le Covid-19 ne seraient pas sûrs, entraîneraient de nombreux effets secondaires, modifieraient le génome ou, pire, causeraient la mort.

(AIP)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Comment bien cacher la distribution de pains et de sardines ?

L'artiste camerounais Manu Dibango est décédé ce mardi