31e Climbié beach : 10 000 festivaliers prennent d’assaut Assinie





31e-climbie-beach-10-000-festivaliers-prennent-dassaut-assinie


Du fait de la pandémie du Coronavirus, le Festival Climbié beach d’Assinie (FECBA) n’a pu se tenir en 2020. Pour 2021, on peut dire sans risque de se tromper que le FECBA a fait son grand retour. Et, les festivaliers qui n’attendaient que ça, ne se sont pas faits prier pour cette 31e édition. Ils ont pris d’assaut la commune d’Assinie pendant une semaine, comme pour dire qu’ils étaient en manque de cette ambiance que leur offre le commissaire général, Prince Ignace Mossou Niamké, et son équipe, chaque année, à la même période. Le Comité royal Essouman (comité d’organisation du festival) estime à 10 000 festivaliers, le nombre de personnes qui a pris part au FECBA.

Veillée au flambeau, parades des 7 familles du royaume

Comme à chaque édition, le Climbié beach est surtout l’occasion de mettre en avant la tradition du peuple essoumou. Tout au long du festival, le comité royal met en bonne place la culture d’Assinie.
Au-delà des libations et des danses traditionnelles du terroir, le FECBA, c’est aussi la veillée au flambeau. Un moment exceptionnel qui permet, chaque vendredi du beach, de faire le tour de la commune pour conjurer le mauvais sort. En tenues traditionnelles, visage et corps badigeonnés de kaolin, déguisements sont les faits les plus remarquables lors de cette procession.
Samedi, autre temps fort. Et non des moindres. La sortie du roi Sa Majesté Fian Mossou V, garant de la tradition Essouman. C’est un moment solennel qui se déroule dans la pure tradition locale. Il est précédé par les guerriers traditionnels impressionnants et suivi par les autres chefs de village du royaume. Des chants traditionnels spéciaux réservés pour ces occasions sont entonnés et repris en chœur par l’assemblée. Le moment est solennel. Le scénario cristallise l’attention de tous. Normal. Car, l’occasion est spéciale. Le roi ne sort que pour les grands moments. Celui-ci en est un. Sa Majesté peut saluer ses administrés et toutes les autorités présentes avant de prendre place dans son siège. Tout un symbole. La cérémonie officielle peut commencer. La parade des 7 grandes familles qui ont peuplé le royaume d'Assinie également.
Tour à tour, les Ezohilé, NVavilé, Mafolê, Mahilé, Alonwomba, Adahonlin, Azanwoulé se succèdent au rythme des tam-tams, chacun avec ses symboles et ses attributs. Un moment historique qui retrace un pan de l’histoire des Essoumans.

Maquis et concerts géants

Si la tradition occupe une place importante dans le FECBA, l’aspect urbain et ambiance reste un moment prisé des festivaliers. Et, sans se tromper, on peut dire qu’ils ont été servis. D’abord, la place du beach, au village Assôkô, a été transformée en maquis géant. Des milliers de sièges sont disposés. Sur l’immense podium dressé, l’orchestre distille les décibels sous la houlette de De Marly DJ qui assure également l’ingénierie de son. Les artistes se succèdent, chacun dans son registre, se succèdent : Zoksy, Révolution, pour le Zouglou, Francky Di Caprio pour le couper-décaler, Adama Dahico pour l’humour, Skin Pain pour la danse, etc. ont meublé les soirées des festivaliers. Pas le temps pour le repos. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en terme d’animation, le FECBA 2021 a assuré.

Le beach d’Assinie comme à Miami

Au fil des ans le beach du FECBA se bonifie. Il n’a plus rien à envier aux autres plages célèbres du monde. Dès le matin, les nombreux festivaliers prennent d’assaut le débarcadère pour la traversée. En fait, la plage d’Assinie est située sur une presqu’île, non-loin de l’embouchure. Ce qui en rajoute à la splendeur de ce site touristique. En moins de 5 minutes, le visiteur quitte le continent et rallie la plage. Ici, le sable est très blanc et fin. Sur près de 500 mètres, on n’a pas plus de 1,5 mètres de profondeur. Naturellement, les festivaliers en profitent au maximum. Sous l’œil vigilant des sauveteurs, de la police municipale et de la police maritime. Au FECBA, on ne badine pas avec la sécurité.
À cela, il faut ajouter le concert à la plage. Cette année, il y avait de grosses pointures. Venom Cascadeur et Obam's ont assuré. L’une des curiosités fut le passage de Sidi Yôrôbô. Un artiste originaire de la Mauritanie. Fan du roi du Couper-décaler, Arafat DJ, il s’est lancé dans la musique du même genre que son idole. Comme il le dit lui-même « les gens pensent que les Mauritaniens sont tous des boutiquiers. Moi, je suis Mauritanien et je fais du Couper-décaler".
Le show s’est poursuivi jusqu’en fin d’après-midi, au grand dam des festivaliers qui en redemandaient. Mais, ce n’est que partie remise. Rendez-vous en 2022 pour la 32e édition.

Modeste KONÉ

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Un homme mort depuis plus de dix ans, qui continuait de payer son loyer, retrouvé dans son appartement

Covid-19 : la police prévient sur la présence de braqueurs dans la ville