Rentrée scolaire 2021-2022 : Reprise effective dans le privé, timide dans le public





rentree-scolaire-2021-2022-reprise-effective-dans-le-prive-timide-dans-le-public


Depuis le lundi 13 septembre, c’est la rentrée scolaire 2021-2022 sur toute l’étendue du territoire ivoirien. Une rentrée sur fond de restructuration avec de nouvelles mesures prises par la ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation Mariatou Koné.

Si dans les établissements privés, les choses semblent être bien parties, dans les écoles publiques, la rentrée est encore très timide.

De Grand-Bassam à Cocody, en passant par Abobo, Koumassi, Marcory, Treichville et Adjamé, le constat est le même. Les élèves des écoles privés à programme ivoirien,  ont repris effectivement les cours. Les cars de ramassage des élèves circulent déjà pour récupérer les élèves et les cantines sont ouvertes. "Nous avons ouvert les inscriptions et réinscriptions depuis le mois de juillet. A ce jour, nous avons une idée très claire des différents effectifs, même s’il y a quelques retardataires qui se font désirer. Les cours ont démarré avec les révisions dans les différentes classes. Les instituteurs et le personnel administratif sont présents à leurs postes", nous a confié l’adjoint à la directrice de l’école des assemblées de Dieu de Koumassi Bia-Sud.

Sur le même sujet: Rentrée scolaire 2021-2022 : voici les grandes décisions de Mariatou Koné pour sauver l’école ivoirienne

Au Groupe scolaire Saint Marc de Cocody-Angré 9e tranche, également, les cours ont repris. A notre passage le mardi 14 septembre, élèves et enseignants étaient déjà présents. Certains parents venus accompagner les tout petits de la maternelle peinent à les quitter à cause des pleurs et autres cris qui symbolisent les débuts d’année scolaire.

Même constat au collège Saint Joseph d’Abobo-Gare. Les élèves sont présents pour la reprise des cours. Les professeurs ont déjà pris connaissance de leurs emplois du temps et procèdent aux prises de contacts avec les élèves des différentes classes qu’ils tiennent. Pendant ce temps, les inscriptions continuent de se faire à l’administration.

"Les inscriptions continuent de se faire. Surtout avec les nouveaux affectés de l’Etat. Tout se passe bien et nous essayerons de rentrer dans le programme que le ministère a mis en place pour le bon fonctionnement de l’école ivoirienne", nous a expliqué un éducateur.

Contrairement aux établissements privés, dans le public, les choses piétinent. Dans plusieurs écoles primaires, collèges et lycées que nous avons visité ; c’est "le désert". Les parents procèdent aux différentes inscriptions mais les classes sont quasi-vides.

"La rentrée est tombée en plein milieu du mois et ce n’est pas évident pour nous qui n’avons pas beaucoup de moyens pour inscrire plusieurs enfants à la fois. D’ici à la fin du mois, nos enfants pourront venir en classe", nous a fait savoir un parent d’élève, au lycée moderne de Treichville.

Les professeurs viennent au compte-goutte  pour récupérer d’abord leurs emplois du temps et retournent, en attendant de commencer dans les jours à venir.

Le ministère de l’éducation nationale a pris plusieurs mesures en vue de redonner ses lettres de noblesse à l’école ivoirienne.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Allemagne: Herta Berlin, Salomon Kalou crache ses vérités à son coach

Ces petits métiers à l’agonie à cause du rationnement de l’électricité (Reportage)