Heurts autour de l'université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan : Qu’est-ce qui s’est réellement passé ?





heurts-autour-de-luniversite-felix-houphouet-boigny-dabidjan-quest-ce-qui-sest-reellement-passe


Des affrontements ont eu lieu aux alentours de l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, ce lundi 6 décembre 2021. Mais sur les causes de ces heurts, les versions divergent. Faute de sources officielles.

Une version affirme que cette violence trouve ses origines dans le renouvellement en cours des instances de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI). Une bande armée de gourdins, machettes et autres armes blanches serait venu s’attaquer aux étudiants alors que se faisait la réception des candidatures. Ces agresseurs, qui ne seraient pas des étudiants, seraient venus dans le but de perturber la procédure, agressant et volant sur leur passage. Qui de Alla Saint Clair et de Traoré Inoussou, les deux candidats déclarés, a-t-il eu recours à ces individus? Chaque camp accusant l’autre.

Une autre version soutient qu’il s’agit de microbes venus attaquer les étudiants. Face à la résistance de ces derniers, la situation se serait transformée en un affrontement sanglant qui aurait fait plusieurs blessés.

 

À lire également : RGPH : Le PDCI-RDA crache ses vérités au pouvoir et demande une nouvelle prorogation des délais

 

L’autre source vient de l’ambassade des États-Unis, rapporte un confrère. Cette représentation diplomatique, informant ses ressortissants, a écrit : "L’ambassade des États-Unis est au courant des manifestations étudiantes en cours à l’intersection du boulevard François Mitterrand et Avenue Grandes Écoles, à proximité de l’entrée principale de l’Académie de Police et de l’Université Félix Houphouët-Boigny. Des rapports font état d’un affrontement entre la police ivoirienne et une centaine d’étudiants armés de machettes et d’autres armes improvisées".

Un incident, trois versions. Pour l’heure, seul l’administration de l’université Félix Houphouët-Boigny, le secrétariat général de la FESCI, les autorités ivoiriennes ou policières peuvent donner une version officielle. En attendant, ce ne sont juste que des spéculations.

 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

ANP Academy : Entre professionnalisme et militantisme, le respect du code de déontologie, préconise le régulateur de la presse

Police : voici pourquoi un appel à témoin peut être lancé sans préciser les motifs