Congés de Noel anticipés : malgré la sensibilisation du ministère de l’éducation nationale, le phénomène s’amplifie





conges-de-noel-anticipes-malgre-la-sensibilisation-du-ministere-de-leducation-nationale-le-phenomene-samplifie


Le phénomène des congés de Noël anticipés est en train de s’amplifier à travers les villes du pays. Malgré les messages de sensibilisation du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation sur les canaux de communication, depuis le lundi 6 décembre, plusieurs localités sont touchées.

Selon des informations recueillies dans les médias, des établissements de Vavoua, Aboisso, Daloa, Korhogo, Soubré, Divo, Minignan, Man, Méagui, Bongouanou, Facobly, Dimbokro, Taabo, etc. sont en ébullition. Des élèves veulent aller en congés de Noël ici et maintenant. Alors que selon le calendrier du ministère, ces congés sont prévus du 17 décembre au 3 janvier 2022.

 A lire également: Retrait du terme "orientation sexuelle" de l’article 226 : Des homosexuels en colère s’expriment

"Ce qui est écoeurant, ce sont les plus petits qui sont plus teigneux. Ici, ce les enfants de 6e et 5e sont les premiers à prendre des morceaux de bois et autres pierres pour s’en prendre à leurs camarades", nous a relaté Mme O Larissa, institutrice à Soubré.

Comme elle, plusieurs enseignants témoignent de ce que des fois, ce ne sont même pas des élèves qui agressent les enfants. Mais plutôt des vandales et voleurs qui se déguisent en tenue kaki pour s’adonner à ces actes.

La preuve a été donnée à Taabo où ce mardi 7 décembre, où la brigade de gendarmerie et des véhicules de type 4x4 ont été saccagés.

Depuis lundi matin des responsables d'établissements scolaires publics comme privés, ont été contraints de libérer les élèves faisant le choix de la sécurisation et la protection de l'intégrité physique des lycéens.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Abidjan et environs : Des averses de pluie et des orages annoncés cet après-midi du mardi 15 février 2022

CEI : Pourquoi le représentant du président de la République n’est pas éligible à la présidence de la Commission