Viol et meurtre d'une vieille de 112 ans à Niakara : « C'est la preuve de la perte en vitesse de nos valeurs » (Fidèle Lagnon, initiatrice du Hamb'Art festival)





viol-et-meurtre-dune-vieille-de-112-ans-a-niakara-cest-la-preuve-de-la-perte-en-vitesse-de-nos-valeurs-fidele-lagnon-initiatrice-du-hambart-festival

Fidèle Lagnon Koné déplore le meurtre de la centenaire à Niakara



Le meurtre d'une vieille dame de 112 ans, à Niakara, ce week-end, a suscité l'émoi et la consternation aussi bien dans ce chef-lieu de département que sur les réseaux sociaux. Comment un jeune homme d'une trentaine d'année, a pu commettre un acte aussi crapuleux sur une centenaire ? C'est la question que se posent aujourd'hui de nombreuses personnes dans la capitale du département de Niakara-Tortiya-Arikokaha, et même au-delà. Pourtant, cette matriarche, dépositaire d'un rituel propre aux Tagbanas, véritable bibliothèque bien connue dans la zone, était l'une des invités majeures du Hamb'Art festival qui doit se tenir, du 16 au 19 juin, à Katiola.

« Cette mère, grande mère, arrière grand-mère, que nous connaissons bien est une véritable bibliothèque. Elle est la seule à connaître certaines choses. Elle devait venir partager son expérience avec nous qui sommes plus jeunes. Elle devait nous parler de notre histoire, de notre culture, mais surtout de nos valeurs. Parce que le Hamb'Art festival, c'est aussi ça, nous faire savoir ce que nous ignorons », déplore, avec beaucoup d'amertume la directrice générale de Poro production, structure initiatrice du festival. Pour elle, ce crime est la conséquence de la perte des valeurs : « C'est la preuve de la perte en vitesse de nos valeurs dans les villages. Avant, c’était impensable et inimaginable de parler de viol et de meurtre volontaire à plus forte raison sur une matriarche. Des valeurs comme le respect des ainés qui sont de réelles bibliothèques, la crainte des dépositaires de notre culture qui est l'âme d'un peuple. Ce sont des valeurs qui sont encore là, enfouies quelque part et qui ne demandent qu'à être inculquées à la nouvelle génération. C'est le combat du Hamb'Art et j'ai foi que nous pouvons y parvenir ».

Le dimanche 8 mai 2022, une vieille dame de 112 ans a été violée puis tuée par un jeune homme d'une trentaine d'années. La nouvelle a créé un mouvement d'humeur. Les populations se sont soulevées pour manifester violemment. Grâce à la médiation des autorités, le calme est revenu, mais les commerces demeurent fermés.

 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Revue de presse : Bédié le candidat du PDCI et l'ouverture des procès en appel de Gbagbo et Blé Goudé à la Une ce matin

Présidentielle de 2020 : Enfin, Alassane Ouattara s'est décidé