Lutte contre le VIH SIDA : La Côte d’Ivoire recherche des stratégies pour une meilleure prévention des adolescents et jeunes filles





lutte-contre-le-vih-sida-la-cote-divoire-recherche-des-strategies-pour-une-meilleure-prevention-des-adolescents-et-jeunes-filles

Une vue des officiels lors de la cérémonie d'ouverture de la conférence nationale sur les ISt et le VIH chez les adolescents et les jeunes filles



Dans le souci de renforcer l’accès aux services de prévention et de soins et traitements du VIH chez les adolescents et les jeunes filles, le ministère de la santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle, à travers le programme nationale de lutte contre le SIDA (PNLS)., a organisé les 10 et 11 mai 2022, à Azalai Hôtel d’Abidjan,  la conférence nationale sur les IST et le VIH chez les adolescents et les jeunes filles.

Placée sous le thème « mettre fin au SIDA comme menace  pour la santé publique chez les adolescents et les jeunes d’ici 2030, cette rencontre qui a rassemblé des structures gouvernementales, des partenaires d’appui techniques, des partenaires de mise en œuvre, des organisations de la société civile et de jeunesses, a permis de fournir une plateforme nationale pour présenter les efforts et les contributions des parties prenantes sur la prévention du VIH et des IST chez les adolescents et les jeunes. Mais aussi de montrer les innovations et les stratégies visant à améliorer l’accès aux soins VIH de cette tranche de la population.

La cérémonie d’ouverture a été l’occasion pour les différents intervenants, notamment le directeur coordonnateur du PNLS, Pr Ehui Eboi, Dr Amethier de l’instance de coordination nationale, de la représentante du PEPFAR,  et de la directrice pays de l’ONUSIDA,  Dr Quenum, ont été tous unanimes pour dire que 25% des nouvelles infections au VIH  concerne les  jeunes de 15 à 22 ans, selon les chiffres de 2020. C’est la preuve que cette tranche de la population est la plus exposées à la maladie. Il est donc urgent de trouver les voies et moyens pour la réduction de ces chiffres en 2030.

« Les actions de la Côte d’Ivoire en réponse à l’épidémie du VIH SIDA ont connu de nombreuses avancées. La prévalence est passée de 4.7% en 2005 à 307% en 2012, selon le DDS. Et selon les dernières données du CIFIAM en 2018 nous donnent une prévalence de 2.9% chez les 15 à 24 ans. La Côte d’Ivoire a engagé des progrès encourageants ces dernières années, au niveau de la riposte nationale du VIH avec une réduction de 72% des nouvelles infections et 69% des décès dus au SIDA entre 2010 et 2019 », a relevé Dr Anouan Jean, Directeur général adjoint de la santé, représentant le Ministre Pierre Dimba. Avant d’affirmer que malgré ces progrès,  l’épidémie du VIH demeure toujours un enjeu majeur de santé publique.

Car selon lui, malgré cette réduction, de nouvelles actions au VIH en général, notre pays observe encore des niveaux beaucoup trop élevés avec environ 6200 nouvelles infections enregistrés en 2020 dont 21% sont des adolescents et jeunes filles de 15 à 24 ans. Se présentant comme le résultat de nouvelles pratiques sexuelles développées par ceux-ci dans leur quête d’expérience sexuelle.

Une situation qui interpelle toute la chaîne et engage leur  responsabilité à  encadrer ces jeunes. C’est pourquoi, au terme de ces deux jours de réflexion, les participants ont pu identifier les problèmes émergents qui freinent l’accès aux services de prévention du VIH chez les adolescents et jeunes. Ils ont également proposé des stratégies prometteuses et des approches innovantes pour améliorer la prévention. Mais aussi des approches prometteuses et basées sur l’évidence  qui permettront un engagement des jeunes et adolescents vivant dans les soins de santé.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Changements Climatiques : La Sodexam forme les agriculteurs de la Région du Tchologo

Le taux de pauvreté en baisse en Côte d’Ivoire (Alassane Ouattara)