Portrait découverte : Dr Céline Nobah Kacou-Wodje, la fermière aquaponiste





portrait-decouverte-dr-celine-nobah-kacou-wodje-la-fermiere-aquaponiste

Dr Céline Nobah Kacou-Wodje, présidente de l’association des femmes chercheures de Côte d’Ivoire (Afemc-ci)



Elue présidente de l’association des femmes chercheures de Côte d’Ivoire (Afemc-ci) le 26 mars 2022, Céline Nobah Kacou-Wodjé est  enseignante chercheure à l’École normale supérieure (ENS) d’Abidjan. Dans le cadre de la COP 15, nous avons découvert sa passion pour  l’aquaponie qui est un système d'élevage de poissons, associé à l'agriculture hors sol.

Selon ses dires, c’est au cours de ses travaux de recherche que la cheffe de la section sciences de la vie et de la terre de l’ENS qu’elle découvre l’aquaponie. Le coup de foudre est immédiat. Elle se rend en France pour se former.

La technique permet de produire des poissons tropicaux (tilapia, mâchoiron, capitaine d’eau douce), et toutes sortes de légumes et des plantes aromatiques. Et depuis plusieurs années maintenant, entre ses cours et ses activités de recherche, la passionnée d’aquaponie installe des systèmes domestiques, commerciaux à petite échelle et industriels à grande échelle avec un volet éducatif ou écotouristique. 

«L’aquaponie offre une voie de résilience face au changement climatique. Elle permet d’économiser 90% d’eau contrairement au système de pisciculture traditionnel et lutte aussi contre les émissions de carbone donc de gaz à effet de serre. On peut faire de nos maisons des jardins d’Eden miniatures où chaque habitant disposera de nourriture à portée de main », explique t-elle

Pour faire de ce rêve une réalité, elle  partage ses connaissances sur les réseaux sociaux afin d’apporter des réponses concrètes aux défis de la société. Son ambition est aussi de faire de l’association des femmes-chercheurs de Côte d’Ivoire,  une institution de référence pour accompagner les actions gouvernementales en matière de recherche et de développement durable

Céline Nobah Kacou-Wodjé se bat également pour donner de la visibilité à l’association afin que les parcours professionnels des femmes chercheures motivent la jeunesse féminine à s’engager dans la recherche. Et que de leurs rêves un monde meilleur fleurisse.

Solange ARALAMON

 

En lecture en ce moment

Promotion des femmes technologues : La plus jeune lauréate du prix Nobel de la paix attendue à la première "Célébration virtuelle Grace Hopper" (Emea)

Présidentielle 2020 : l’ONG belge International Crisis Group demande le report