Grande Médiature : Une nouvelle dynamique !







La Grande Médiature, une institution de la République méconnue hier du grand public. Rien ne sera plus comme avant. Ainsi en a décidé celui qui tient désormais les rênes du pouvoir et de l’autorité à la tête de la Grande Médiature. Son nom : Adama Toungara. Ce spécialiste chevronné des sciences pétrolières, veut insuffler du carburant neuf, un sang neuf à l’institution qui a ‘‘sombré’’ depuis sa création dans le laxisme, la fainéantise et la paresse chronique. L’enfant de la capitale de la région du Guémon, Duékoué, veut ‘‘ressusciter’’ cette ‘‘grande sommeilleuse’’. Il a des idées innovantes. Ce qui manquait hier à tous ses prédécesseurs. Faire de la Grande Médiature le premier instrument ou organe des règlements des litiges de façon amiable, sans recourir à la force de la loi, telle est la noble vision de l’ancien ministre du Pétrole et de l’Energie et ex-maire d’Abobo, une sous-république de par sa superficie et sa population. Une union africaine en miniature, tant on y trouve toutes les nationalités d’Afrique. Adama Toungara a imprimé sa marque, son label en faisant de dette commune, ‘‘la cité du bonheur partagé’’. Ce qui lui vaut aujourd’hui une grande promotion au rang de président d’institution. Une récompense bien méritée du ‘‘mentor’’, le président Alassane Ouattara. Adama Toungara n’échoue jamais quant aux charges et missions à lui confiées jusqu’aujourd’hui. C’est l’un des ‘‘meilleurs élèves’’, que dis-je, ‘‘meilleur disciple’’ du Président de la République. Longtemps, il a regardé de très loin la Grande Médiature ne pas faire ce pour lequel elle a été créée. Adama Toungara avait mal au cœur que cette institution n’ait pas pris à bras le corps, la question de la réconciliation nationale et de la paix. Pourtant le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, avait tracé les sillons, indiqué la voie à suivre. Hélas, la Grande Médiature n’a pas aidé hier le premier citoyen ivoirien à régler des litiges qui se présentaient et à semer la paix dans les cœurs et les esprits en Côte d’Ivoire. Elle n’a pas du tout aidé hier le Chef de l’Etat qui était obligé de monter, souventes fois, au créneau lui-même. C’est le même constat d’ailleurs avec la CONARIV et autres. Qui ont constitué hier aussi une grande déception pour les Ivoiriens. Adama Toungara est désormais dans la place et aux affaires. Et vient de siffler la fin de la récréation. La Grande Médiature ne sera plus ce qu’elle était. Elle ira vers les Ivoiriens pour se faire connaître, connaître ses missions. Ce qu’elle peut faire pour éviter les longues et pénibles procédures judiciaires en cas de litiges. La Grande Médiature va constituer véritablement pour tous en Côte d’Ivoire, l’arbre à palabres, sous lequel tout va désormais se régler de manière amiable avec in fine le calumet de la paix qui sera fumé. Adama Toungara promet insuffler une nouvelle dynamique. Le déclic, le réveil ou une révolution pacifique pour le ‘‘vivre ensemble’’, l’entente, la cohésion nationale. La Grande Médiature va dans jours à venir, se rendre incontournable dans les règlements des litiges et conflits qui pourraient survenir. Elle va prendre toute la place qui lui revient et qui a été délaissée hier par la faute de ses prédécesseurs qui ont brillé hier par leur laxisme, manque de volonté et idées novatrices. La ‘‘magie’’ Adama Toungara arrive pour redonner ses lettres de noblesse à cette institution. Des prospectives, Adama Toungara en a une idée. Il est venu ‘‘bosser’’, réveiller l’institution, la placer à un niveau élevé dans le cœur des Ivoiriens qui ne savaient pas jusqu’ici, selon leurs propres termes, ce que ‘‘ce machin’’ signifie et ce qu’il fait concrètement. Adama Toungara a sifflé la fin de la récréation. Une très bonne chose pour la Nation toute entière.

Bonne lecture et à la semaine prochaine, in’challah !

En lecture en ce moment

Xavi se paie Mbappé

Environnement : Une nouvelle variété de charbon créée à partir de cabosses de cacao