Flash Info

Proposition indécente

Proposition indécente

MON ÉDITO
LE PATRIOTE Réagir Ajouter à mon journal

Affi N’guessan est donc élu à la tête du FPI. Celui qui a succédé à Laurent Gbagbo à la tête du parti frontiste a été plébiscité par une demie dizaine de milliers de délégués réunis à Abidjan. Le score quasi soviétique qu’il a obtenu donne des ailes à l’ancien Premier ministre. Et, sans surprise, il a livré son message à ses militants. Beaucoup d’annonces pour celui à qui l’on attribue la division du FPI en deux morceaux et qui peine à entrer dans son costume de chef légitime du FPI. L’opinion en retient une de par sa persistance : AffiNguessan appelle à une alliance avec le PDCI, une union avec le vieux parti pour, dit-il, "sauver la Côte d'Ivoire".

C’est vrai que nous sommes dans le domaine politique. Et en politique, dit-on, tous les coups sont permis, même les plus sordides. Mais, certaines actions donnent à réfléchir à l’image de cette idylle souhaitée par le Front populaire ivoirien avec le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Affi demande donc ouvertement au PDCI d'épouser le FPI, son ennemi héréditaire, alors que tout oppose, les deux formations politiques : l’histoire, l’idéologie, la philosophie, le positionnement. C'est le comble du ridicule. Car, une alliance repose, avant tout, sur un substrat de convergences de vues, une vision politique, une idéologie ou un leader. C'est le cas avec les gaullistes en France. La doctrine et la philosophie houphouëtiste ne s’accommodent pas des pratiques que le FPI nous a donné de voir pendant ses dix ans de règne : tribalisme, xénophobie, violence gratuite, isolement diplomatique… Le FPI, c'est tout sauf un parti du centre ou de la droite. Il se réclame de la gauche mais, à l’exercice du pouvoir d’Etat, il s’est avéré plus proche de l’extrême droite. En clair, une formation politique qui n'a rien à voir avec l'houphouëtisme, la pensée politique incarnée par le PDCI. D'ailleurs, s'il y a un parti qui a le plus vilipendé Houphouët-Boigny, donc combattu l'houphouëtisme, c'est bien le FPI. L’action politique d’Houphouët-Boigny a été combattue par le FPI. Laurent Gbagbo et Affi N’guessan ont fait de l’anti- houphouëtisme leur cheval de bataille. De toute évidence, cette volonté d’alliance est un appel opportuniste pour profiter d'une situation donnée ( la crise au sein du RHDP), et surtout éloigner le PDCI de ses frères naturels. Et, ce qu'on ne dit pas, c'est aussi une proposition pour ramener le pays en arrière. Personne, dans ce pays, n'a oublié les 10 ans de gestion scabreuse du pays par le FPI. Si aujourd'hui Affi N’guessan a l'assurance de proposer une alliance avec le PDCI, c'est parce que des gens au PDCI lui en donnent le courage. A commencer par le Président Henri Konan Bédié. Qui laisse ses lieutenants semer le doute dans les esprits. Il fait les yeux doux à tous ceux qui pourfendent le RHDP dont il est pourtant un membre fondateur. A Daoukro, chez lui, il ouvre grandement les portes de son imposante résidence à des hommes politiques expectants et aveuglés par la rancune, des personnalités qui crachent avec dédain sur le RHDP. Et le comble dans tout ça, ce sont des gens qui ne pèsent pas le poids d'un duvet sur la scène politique ivoirienne, et qui comptent s'appuyer sur le PDCI pour se faire une place au soleil. En agissant ainsi le Président Bédié donne le sentiment d’avilir le PDCI, en le mettant au même niveau que ceux qui ne lui arrivent pas à la cheville. Comme on dit à Abidjan, si tu te vends moins cher, on t'achète moins cher. On peut comprendre que le Président Bédié ne soit pas content, mais il gagnerait à ne pas trop tirer sur la corde pour ne pas atteindre le point de non-retour. À y voir de près, le Président Bédié a tout à gagner en reprenant toute sa place au sein du RHDP devenu parti unifié, et à œuvrer pour le renforcement des liens au sein de la famille des Houphouëtistes. En tant qu'aîné des héritiers d'Houphouët-Boigny, il lui appartient de prendre de la hauteur pour se mettre audessus de la mêlée et rassembler ses jeunes frères autour de lui. Quelles que soient ses raisons, il ne doit pas être celui qui casse le RHDP ou celui par qui passe la division des "enfants d'Houphouët-Boigny". Entre la proposition indécente d'Affi N’guessan et le renforcement de la cohésion au sein du RHDP, Bédié ne doit pas se tromper de choix

 

Par Charles Sanga

Notez l' article

A lire également

Inscrivez-vous pour recevoir
notre newsletter

Société des Editeurs de Presse de Côte d'Ivoire
Abidjan-Adjamé
SICOGI, 80 logements, Bat. A, 2ème étage, Porte 6
Tél. : 20 38 42 00
04 BP 1947 Abidjan 04
Retrouvez-nous sur