Flash Info

Après sa libération de prison, la Cpi demande toujours la transfèrement de Simone Gbagbo à la Haye

Après sa libération de prison, la Cpi demande toujours la transfèrement de Simone Gbagbo à la Haye

SLIDER POLITIQUE
Presse Côte d'Ivoire Réagir Ajouter à mon journal

L’ex-première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, libérée de prison ce mercredi 8 août 2018 après 8 ans d’incarcération, n’est pas encore tiré d’affaire avec la justice. En effet, elle fait toujours l’objet d’un mandat délivré par la Cour pénale internationale, à en croire le porte parole de ladite institution Fadi El Abdallah.

«  Il faut séparer ce qui relève de la procédure nationale où l’amnistie peut être accordée, et ce qui relève de la procédure devant la Cour pénale internationale et là toute amnistie qui pourrait avoir été accordée n’a pas d’impact sur les procédures devant la CPI », a soutenu jeudi, Fadi El Abdallah, sur Radio France internationale (RFI).

De ce fait, la CPI entend traduire en justice Simone Gbagbo comme son époux Laurent Gbagbo, actuellement en détention à la Haye.

"La Cour s’attend à ce que le gouvernement de la Côte d’Ivoire s’acquitte de ses obligations en vertu du statut de Rome en exécutant le mandat d’arrêt contre madame Gbagbo et en la remettant donc à la CPI, parce qu’il faut respecter les obligations en vertu du droit international et parce que la justice pour les crimes qui ont été énumérés dans le statut de Rome, c’est un élément important pour parvenir à une paix durable", a-t-il ajouté.

Gaël ZOZORO

Notez l' article

A lire également

Inscrivez-vous pour recevoir
notre newsletter

Société des Editeurs de Presse de Côte d'Ivoire
Abidjan-Adjamé
SICOGI, 80 logements, Bat. A, 2ème étage, Porte 6
Tél. : 20 38 42 00
04 BP 1947 Abidjan 04
Retrouvez-nous sur