Flash Info

CEI : l’arme fatale d’Alassane Ouattara

CEI : l’arme fatale d’Alassane Ouattara

MON ÉDITO
LA SYNTHESE Réagir Ajouter à mon journal

Il n’a pas voulu tergiverser en ce qui concerne la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI). Alors que la Cour africaine des droits de l’Homme et l’opposition ivoirienne enjoignent le pouvoir en place de mettre l’organe en charge des élections aux normes de la nouvelle configuration politique en Côte d’Ivoire et des instruments juridiques régionaux, Alassane Ouattara, le président ivoirien, a fait tomber le couperet pour trancher dans cette affaire. A sa descente d’avion, de retour de la Chine où il a pris part au sommet sino-africain, le numéro un ivoirien n’y est pas allé de main morte dans ce dossier qui alimente, depuis quelque temps, l’actualité en Eburnie. Non seulement le président ivoirien a opposé un niet à tous ceux qui militent pour le report des élections municipales et régionales du 13 octobre prochain, - Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) en tête - mais il a surtout indiqué que la réforme de la CEI n’interviendra pas avant les scrutins locaux. En clair, si la CEI devrait être réformée, ce sera pour la présidentielle décisive de 2020. Alassane Ouattara a lancé un message limpide à son opposition mais surtout à son ex-allié au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

En effet, Alassane Ouattara, président du RHDP unifié, n’entend pas laisser prospérer cette idée de report des municipales et des régionales couplées, d’autant plus qu’il est question de mesurer les forces en place. Et pour la bataille électorale du 13 octobre prochain, la CEI, dans sa version actuelle, est au cœur de la stratégie du régime en place pour glaner le maximum de représentations locales. Alassane Ouattara n’entend pas donner de répit aux opposants, encore moins au Sphinx de Daoukro, qui a pris la gageure de le défier. En sortant du RHDP, Henri Konan Bédié a sorti le glaive contre celui qu’il considérait comme son jeune frère au sein de cette coalition politique. Une posture que le chef de l’Etat semble n’avoir pas tolérée, lui qui, apparemment, veut réduire à néant le PDCI et son patron Henri Konan Bédié. Cette ambition passe, inéluctablement, par la récolte de plusieurs conseils municipaux et régionaux, histoire de démontrer que le RHDP unifié est la principale force politique en Côte d’Ivoire. Pour réaliser cette ambition, la CEI dans sa configuration actuelle, se présente comme l’organe stratégique à même de faire triompher la coalition au pouvoir. Alassane Ouattara, qui n’a pas encore digéré la volte-face de Bédié, en ce qui concerne la création du RHDP unifié, s’est juré de lui faire boire le calice jusqu’à la lie. Dans ce jeu politique, la Commission électorale indépendante est l’arme fatale, en possession d’Alassane Ouattara pour faire mordre la poussière à ses adversaires dont le plus illustre est le président du parti fondé par Félix Houphouët-Boigny. Plus qu’une question d’honneur, il s’agit de montrer à l’opinion nationale et internationale que le RHDP unifié est le socle de la paix et de la cohésion en Côte d’Ivoire. De tout temps, les hérauts de cette formation politique ne cessent de clamer que l’avenir de la nation ivoirienne se trouve dans ce regroupement éclectique de partis politiques. En d’autres termes, nul n’aura de salut en dehors de cette association. Il est de bonne guerre de mettre en difficulté son adversaire politique. Mais il est mieux de préserver la bonne ambiance sociale. Il n’est pas question de régler un problème maintenant et de laisser pourrir la situation plus tard. La réforme de la CEI pour ces élections locales, il ne faut plus en parler. Reste qu’Alassane Ouattara doit tenir parole et réexaminer en profondeur cet organe électoral, dans la perceptive d’une présidentielle 2020 apaisée.     

 

 

Notez l' article

A lire également

Inscrivez-vous pour recevoir
notre newsletter

Société des Editeurs de Presse de Côte d'Ivoire
Abidjan-Adjamé
SICOGI, 80 logements, Bat. A, 2ème étage, Porte 6
Tél. : 20 38 42 00
04 BP 1947 Abidjan 04
Retrouvez-nous sur