Une saisie record de drogue qui en dit long…







La saisie record de cocaïne faite récemment par la gendarmerie à Abidjan relance de vieux soupçons et suscite des interrogations. 

« Comment votre conso de coke fout la merde en Afrique de l’Ouest », c’est le titre d’une série d’articles publiés en 2020 par le site Vice. Dans ces publications qui ont fait beaucoup de bruits, particulièrement en Côte d’Ivoire, ce média spécialisé qui compte plusieurs éditions en Amérique du Nord et en Europe révélait : « La Highway 10 est la route de la drogue qui lie l’Amérique du Sud à l’Europe via l’Afrique de l’Ouest. Après que la Guinée-Bissau ait été, pendant des années, la plaque tournante des cartels colombiens qui voulaient acheminer la cocaïne vers l’Europe en passant par l’Afrique de l’Ouest, les mafias se sont étendues aux ports de Dakar et d’Abidjan il y a quelques années. Ces cartels colombiens recrutent des alliés dans les plus hautes sphères de la politique ouest-africaine ». Le confrère a cité Hamed Bakayoko comme étant « un pion central dans le trafic de cocaïne » d’après les renseignements d’un agent des services secrets français que les enquêteurs de Vice auraient rencontré avant de séjourner à Abidjan où ils ont eu des contacts avec des officiels ivoiriens. 

Comme il fallait s’y attendre, cette grave accusation a été démentie par le mis en cause. Il de portera plainte le 23 juin 2020 auprès du parquet d’Abidjan contre la société Vice Média, dont le siège est en Belgique, pour « diffamation atteinte à l’ordre public, injures commises par le biais d’un système d’information ». La suite de cette affaire n’est pas connue. Il est cependant difficile, après la saisie record de cocaïne à Abidjan la semaine dernière, de ne pas s’en souvenir, et même s’inquiéter des révélations faites à l’époque par Vice.  Une saisie de plus d’une tonne (une tonne et 56 kg) de cocaïne pure en provenance d’Amérique latine, et qui tend à confirmer que la Côte d’Ivoire devient un pays de transit de ce dangereux produit.

Cette saisie a été faite par la gendarmerie. Selon des sources, celle-ci a eu vent d’une transaction de drogue à Angré, dans la commune de Cocody, dans la nuit de mercredi à jeudi 25 février. 

Sur place, l’équipe déployée par la maréchaussée tombera sur la drogue d’une valeur estimée à 25 milliards de FCFA. 

Selon une source sécuritaire citée par Reuters et RFI, la cargaison viendrait du Paraguay. Deux personnes ont été arrêtées « mais l’enquête ne fait que commencer », a commenté le procureur d’Abidjan, Richard Adou, lors de la présentation de la saisie à la presse, vendredi.

Il y a un an, plus de 400 kg de cocaïne avaient été saisis dans les eaux territoriales ivoiriennes, à bord d’un navire marchand, en provenance du Brésil. En juin 2019, une opération antidrogue internationale avait permis de démanteler à Abidjan un réseau de trafiquants liés à la mafia italienne qui faisaient venir de la cocaïne du Brésil. Quatre Italiens membres de ce réseau - baptisé par les enquêteurs « Spaghetti connection » - ont été condamnés à des peines de 20 ans de prison.

Autant d’affaires qui démontrent, selon les spécialistes, que la Côte d’Ivoire devient un pays de transit pour les trafiquants de drogue latino-américains cherchant à convoyer leur cocaïne vers l’Europe ou l’Amérique.  

Visiblement, les deux premiers suspects sont loin d’être les vrais cerveaux de cette transaction. Tous les regards se tournent donc vers les fameux alliés des hautes sphères politiques évoquées par l’enquête de Vice Média. La suite de l’enquête annoncée par Adou Richard est parctulièrement attendue.  

Cissé Sindou

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Gouamené Maxime selectionneur de l’équipe nationale locale de Côte d’Ivoire

Quelle inconséquence !