Commémoration de la Journée météorologique mondiale 2021 : La Sodexam invite les populations à adopter de bonnes habitudes pour la protection de l’environnement





commemoration-de-la-journee-meteorologique-mondiale-2021-la-sodexam-invite-les-populations-a-adopter-de-bonnes-habitudes-pour-la-protection-de-lenvironnement


Le 23 mars de chaque année est décrétée depuis 1950 Journée météorologique mondiale. Dans une déclaration rendue publique ce mardi, la direction de la Société de développement et d’exploitation aéroportuaire, aéronautique et météorologique (SODEXAM) a saisi l’occasion pour inviter les populations à adopter de bonnes habitudes pour la protection de l’environnement.

Ci-dessous l’intégralité du communiqué

Depuis 1961, la Journée météorologique mondiale est l’occasion de célébrer l’entrée en vigueur, le 23 mars 1950, de la Convention portant création de l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Le thème de l’année 2021 est «L’océan, le temps et le climat». Ce thème vient souligner les efforts que déploie l’OMM depuis plus de soixante-dix (70) ans pour mettre en évidence les liens qui unissent l’océan, le temps et le climat au sein du système Terre. Il correspond également au lancement de la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030), qui vise à encourager le lancement d’idées innovantes et transformatrices pour faire de l’océanographie une source d’informations à l’appui du développement durable. La Sodexam en tant qu’autorité nationale de la Météo, agit en faveur d’une meilleure connaissance du climat en Côte d’Ivoire et œuvre aux côtés des structures étatiques compétentes à une meilleure appropriation des problématiques liées à la préservation des océans notamment. Le littoral ivoirien couvre une superficie de 23 253 km2 soit 7% de la superficie de la Côte d'ivoire pour 566 km de long. A l’instar de la côte atlantique de l'Afrique, elle est riche en ressources naturelles, en biodiversité et en écosystèmes marins. Cependant, de nombreux facteurs naturels et humains tels que la pollution, le changement climatique ou la croissance démographique menacent un nombre important d'écosystèmes fragiles. Ainsi, à travers ses équipes en charge de la météo marine, elle effectue des missions d’observations et de surveillance de l’océan, dont les résultats servent aux études océanographiques et participe à différentes initiatives à savoir l’adoption, en juin 2017, de la loi relative à l’aménagement, la protection et la gestion intégrée du littoral, l’existence de plusieurs institutions de formation et de recherche scientifique sur les océans et les zones côtières, la mise en place du plan POLLUMAR destiné à la lutte contre la pollution marine, l’existence du Programme National de Gestion de l’Environnement Côtier, enfin la mise en œuvre du Projet d’Investissement pour la Résilience des Zones Côtières OuestAfricaines (WACA-ResIP) financé par la Banque mondiale sur la période 2018-2023, etc. En outre, à travers la Convention relative à la coopération en matière de protection et de mise en valeur du milieu marin et des zones côtières de la côte atlantique de la région de l’Afrique de l’ouest, N du centre et du sud dite Convention d’Abidjan, la contribution de la SODEXAM se fait à travers des études menées relativement aux axes suivants : La pollution due aux sources et activités terrestres, les normes et standards environnementaux liés aux activités pétrolières et gazières offshores, la gestion intégrée de la zone côtière et la gestion durable de la mangrove. Plus de 90% de la chaleur supplémentaire piégée sur la Terre par les émissions de carbone de l’humanité est stockée dans l’océan - seulement environ 2,3% réchauffent l’atmosphère, tandis que le reste fait fondre la neige et la glace et réchauffe la terre. En conséquence, l'atmosphère se réchauffe moins rapidement qu'elle ne le ferait autrement. Cela ne devrait cependant pas nous endormir dans l’inaction, car le réchauffement des océans ne fait que retarder le plein impact du changement climatique. L'excès de chaleur contribue à l'élévation du niveau de la mer en raison de la dilatation thermique, des zones océaniques anoxiques (sans oxygène), de la fonte de la glace de mer, des vagues de chaleur marines, du blanchissement des coraux et d'autres environnements inhospitaliers pour la vie marine. Inexorablement, une grande partie de la chaleur nouvellement absorbée par l'océan s'écoulera dans l'atmosphère au cours des siècles à venir. De par leurs activités, les météorologues ivoiriens combinent les observations océaniques et la connaissance de la manière dont les interactions océan-atmosphère façonnent le temps, le climat saisonnier et à long terme et les modèles océaniques avec des observations de la température (atmosphérique et de la surface de la mer), de la pression atmosphérique, du vent, des vagues, des précipitations et d'autres variables. Ensemble, ces ensembles de données deviennent des intrants clés dans les modèles couplés de prévision numérique du temps et du climat. La SODEXAM et la communauté de l'OMM ont donc un intérêt majeur à soutenir les observations, la recherche et les services océaniques. Conscients des dangers encourus au cours des années à venir, la SODEXAM se doit, selon Jean – Louis MOULOT, Directeur Général, d’encourager les populations à adopter des habitudes plus soucieuses de l’environnement, en vue de protéger et restaurer ensemble nos océans et d’assurer ainsi les besoins des générations présentes, sans compromettre la possibilité pour les générations futures à assurer les leurs.

En lecture en ce moment

Covid-19 : Le ministère donne le cadre de la réouverture des établissements scolaires

Côte d’Ivoire / Festival L’Emoi du Jazz : Le Jazz à la sauce Zoblazo et Zouglou s’installe à Abidjan