Paquinou 2023 : quand les villages baoulé déménagent à Abidjan





paquinou-2023-quand-les-villages-baoule-demenagent-a-abidjan

une vue de l'ambiance à l'espace Agora de Koumassi



Dans la ferveur de la célébration de la fête de Pâques, dans le souci de permettre aux populations d’Abidjan ainsi qu’aux ressortissants baoulé qui n’ont pas pu effectuer le déplacement dans leurs villages pour diverses raisons, des structures et municipalités organisent des «villages Paquinou», pour rappeler l’ambiance des contrées rurales.

Cette année, le week-end pascal du 8 au10 avril est très mouvementé par «La fièvre de Paquinou» qui est observée dans plusieurs communes.

A l’Hôtel Ibis, les responsables organisent «le brunch de Pâques» avec au menu, chorale pour l’animation, concours de tenues traditionnelles et jeux traditionnels. Au niveau de l’Hôtel Azalai, c’est «Paquinou à Azalaikro», tournée vers la gastronomie, avec des mets et boissons traditionnels, sans oublier l’animation. C’est également un village «Paquinou Festival» qui est érigé à l’Ivoire Golf Club depuis le 8 avril 2023, avec plusieurs animations culturelles ludiques et gastronomiques.

Outre les hôtels, les municipalités ne veulent pas rater l’occasion d’offrir à leurs populations, des moments de fêtes. Pour découvrir la fête de Pâques comme si elles étaient en pays baoulé.

A Koumassi, deux espaces sont aménagés depuis l’année dernière, pour la circonstance. A l’espace Inch’Allah, c’est « Paquinou autrement » quand l’espace Agora a été baptisé « Agorakro», avec pour points communs, le slogan « Paquinou obligé » et des animations traditionnelles mais aussi avec des artistes en vogue, des dégustations de mets traditionnels.

« Cet événement a été initié car chaque année et à cette période, l’on assiste à des déplacements massifs de populations sur l’ensemble du territoire. Malheureusement, ces trafics entraînent des désagréments considérables tels que les accidents de la circulation, l’insécurité liée au phénomène des coupeurs de routes etc. Pour prévenir tous ces impairs, nous avons décidé de recréer cet esprit de réjouissances villageoises à Abidjan », a expliqué Narcisse Kouassi, commissaire général de « Paquinou à Agorakro », lors de la conférence de presse d’annonce de la 2ème édition, il y a quelques semaines.

A Port-Bouêt, c’est l’espace « Félicia »,  sis à Gonzagueville, en bordure de mer, que les autorités municipales ont choisi pour organiser le « Paquinou communal ». Au menu, des prestations artistiques, des concours de beauté et de tenues traditionnelles. Un espace gastronomique a même été établi pour le bonheur des populations de cette cité balnéaire.

D’origine chrétienne, la fête de Pâques a été choisie par le peuple baoulé depuis belle lurette comme un moment de réjouissance pour célébrer les retrouvailles entre fils et filles.

Durant Paquinou, l’on sort ses plus beaux apparats, les femmes s’affairent dans les cuisines où bouillonnent les marmites contenant les mets les plus délicieux, la place publique grouille de monde, attiré par différents spectacles, les danses et musiques du terroir, les jeux, tandis que les adultes et personnes du troisième âge s’abreuvent de spiritueux et autres boissons, le tout dans une ambiance de célébration de Nouvel An.

C’est donc cette ambiance qui est transportée à Abidjan depuis quelques années pour permettre à ceux du peuple baoulé qui ne peuvent pas effectuer le voyage durant cette période à l’intérieur du pays de vivre Paquinou à fond.

Ce sera aussi l’occasion pour les curieux, les amoureux de découverte de s’imprégner de la culture baoulé à Abidjan.

Solange ARALAMON

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Le nom de Laurent Gbagbo retiré de la liste électorale provisoire (avocate)

Le TAS n’a pas aidé le football ivoirien